Essais cachets contre covid

Essais cliniques en cours pour un traitement oral (comprimés) de Ritonavir un anti VIH ! peut-être aussi pour ceux qui auront reçu les injections, non ? fin de l’étude octobre 2022.

Le ritonavir (RTV), vendu sous le nom de marque Norvir, est un médicament antirétroviral utilisé, avec d’autres médicaments, pour traiter le VIH/sida. Ce traitement combiné est connu sous le nom de thérapie antirétrovirale hautement active (HAART). Souvent, une faible dose est utilisée avec d’autres inhibiteurs de protéase. Il peut également être utilisé en association avec d’autres médicaments contre l’hépatite C. Il est pris par voie orale.

https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04960202

Le ritonavir (RTV), vendu sous le nom de marque Norvir, est un médicament antirétroviral utilisé, avec d’autres médicaments, pour traiter le VIH/sida. Ce traitement combiné est connu sous le nom de thérapie antirétrovirale hautement active (HAART). Souvent, une faible dose est utilisée avec d’autres inhibiteurs de protéase. Il peut également être utilisé en association avec d’autres médicaments contre l’hépatite C. Il est pris par voie orale.

Site du NIH aux USA, il y a déjà eu une étude assez négative mais qui indique qu’il manque des données pour des patients non hospitalisés : https://www.covid19treatmentguidelines.nih.gov/therapies/antiviral-therapy/lopinavir-ritonavir-and-other-hiv-protease-inhibitors/

Traduction : « Lopinavir/Ritonavir et autres inhibiteurs de la protéase du VIH Dernière mise à jour : 11 février 2021 La réplication du SRAS-CoV-2 dépend du clivage des polyprotéines en une ARN polymérase ARN-dépendante et une hélicase.1 Deux protéases sont responsables de ce clivage : la 3-chymotrypsine-like protéase (3CLpro) et la papaïne-like protéase (PLpro ). Lopinavir/ritonavir et darunavir/cobicistat ont été étudiés chez des patients atteints de COVID-19. Les essais cliniques décrits ci-dessous n’ont pas démontré de bénéfice clinique pour les inhibiteurs de protéase chez les patients atteints de COVID-19. Recommandations Le groupe d’experts sur les directives de traitement du COVID-19 (le groupe d’experts) recommande de ne pas utiliser le lopinavir/ritonavir et d’autres inhibiteurs de la protéase du VIH pour le traitement du COVID-19 chez les patients hospitalisés (IA). Le groupe scientifique déconseille l’utilisation du lopinavir/ritonavir et d’autres inhibiteurs de la protéase du VIH pour le traitement du COVID-19 chez les patients non hospitalisés (AIII). Raisonnement La pharmacodynamique du lopinavir/ritonavir soulève des inquiétudes quant à la possibilité d’atteindre des concentrations médicamenteuses pouvant inhiber les protéases du SRAS-CoV-2.2,3 De plus, le lopinavir/ritonavir n’a pas montré d’efficacité dans deux grands essais contrôlés randomisés chez des patients hospitalisés .avec COVID-19.4,5 Il existe actuellement un manque de données sur l’utilisation du lopinavir/ritonavir chez les patients non hospitalisés atteints de COVID-19. Cependant, les préoccupations pharmacodynamiques et le manque de preuves d’un bénéfice clinique chez les patients hospitalisés atteints de COVID-19 sapent la confiance que le lopinavir / ritonavir a un bénéfice clinique à n’importe quel stade de l’infection par le SRAS-CoV-2. Événements indésirables Les effets indésirables du lopinavir/ritonavir comprennent : Nausées, vomissements, diarrhée (fréquent) Allongement de l’intervalle QTc Hépatotoxicité. »

Mise à jour 28/09/2021

« En cas de résultats concluants, «nous pensons que ce traitement pourrait aider à arrêter le virus très tôt – avant qu’il ait la possibilité de se répliquer largement – en empêchant potentiellement les cas symptomatiques de la maladie chez ceux ayant été exposés et en freinant le début de l’infection chez d’autres», a déclaré dans un communiqué Mikael Dolsten, directeur scientifique chez Pfizer. Cette approche est «complémentaire» des vaccins anti-Covid, a-t-il ajouté. Ce traitement, nommé PF-07321332, a été conçu sous forme de pilule à avaler simplement avec un verre d’eau. L’essai clinique de phase 2/3 annoncé le 27 septembre comptera plus de 2 600 participants âgés de 18 ans ou plus. Certains prendront le traitement, administré deux fois par jour pendant cinq à 10 jours, et les autres un placebo. Le médicament a déjà été testé sur quelques dizaines de personnes afin de démontrer qu’il n’était pas dangereux pour la santé.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/91150-pfizer-lance-essai-clinique-concernant-pillule-anti-covid-complement-vaccin

Leave a Comment

Force et Puissance