Identité numérique

Vous aviez déjà un numéro de sécurité sociale, mais nous les financier,s nous voulons aller beaucoup plus loin. Nous on veut garder nos données car elles sont à nous, eux les veulent pour leur business. Alors il y a comme un choc frontal ! donc…besoin d’une « opportunité » pour casser ce mur. 🤔 Le secret des affaires c’est bien, le secret médical pas bien, les secrets de la vie privée pas bien non plus. Ils veulent quoi ? vous et tout. Toutefois ce serez peut-être essentiel qu’il y ait un débat avec la population. Décider tout seul entre amis ne semble pas très éthique…

C’est nooootre projet…

« identification numérique individuelle » pour commencer il faut un Qr code et dans le domaine de la santé plus de secret médical, sinon ce serait ennuyeux pour réaliser cette opération…

En 2016 « agir sur le défi identitaire » ! ce n’est pas pour nos beaux yeux l’identification numérique pour chaque personne… »Le rapport sur l’identité numérique du Forum économique mondial expose, en détail, l’argument en faveur des institutions financières pour stimuler le développement de solutions d’identité numérique, examine le paysage des solutions d’identité, fournit des recommandations sur la construction de systèmes d’identité et discute de l’ensemble des avantages qui ces systèmes apporteraient aux parties prenantes.

Le rapport, l’innovation de rupture dans les services financiers, un plan directeur pour l’identité numérique, appelle les institutions financières à mener la charge dans le développement de solutions d’identité numérique robustes qui apporteraient des avantages aux utilisateurs, aux institutions financières et à la société dans son ensemble (ça fait toujours bien de dire que c’est pour le bien, dire que c’est pour contrôler et se faire encore plus d’argent quand même, on ne peut pas écrire cela). Certaines des étapes critiques décrites dans le rapport comprennent l’étude et la compréhension du groupe d’utilisateurs, l‘engagement avec le secteur public (en plus ils vont se faire financer par de l’argent public mais ça c’est habituel, voilàpouruoi il faut écrire que c’est très bien pour les gens, ça va leur faciliter la vie. On connaitra leurs dépenses catégorisées, on pourra se servir quand il y aura une taxe « environnement » ou bloquer le compte si pas obéissant. Il y a toujours des personnes qui n’en font qu’à leur tête, il nous faut des moyens d’actions. ) et la détermination de l’épine dorsale technologique nécessaire pour le système d’identité. Bien que n’étant pas conçu comme une feuille de route, ce rapport servira de base aux entités souhaitant comprendre et, in fine, agir sur le défi identitaire. « 

Le document :

https://ec.europa.eu/info/live-work-travel-eu/coronavirus-response/safe-covid-19-vaccines-europeans/eu-digital-covid-certificate_en

La boussole numérique

Elle définit des objectifs pour réaliser la vision de l’UE pour l’avenir numérique. Il utilise les quatre points cardinaux pour identifier les principaux objectifs à atteindre au cours de la prochaine décennie :

une population numériquement qualifiée et des professionnels du numérique hautement qualifiés des infrastructures numériques sécurisées et conséquentes transformation numérique des entreprises numérisation des secteurs publics Les domaines politiques clés pour garantir que ces objectifs sont atteints comprennent l’informatique en nuage, l’intelligence artificielle, les identités numériques, les données et la connectivité.

La boussole numérique peut également aider l’UE à atteindre les objectifs du Pacte vert européen, en aidant l’Europe à atteindre son objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici 2030. Les technologies numériques contribuent à réduire considérablement l’impact environnemental. Par exemple, la généralisation de la visioconférence participe à la réduction des émissions des vols. De plus, les technologies numériques jouent un rôle dans la création d’une approche plus verte de l’agriculture, de l’utilisation de l’énergie dans les bâtiments et d’un urbanisme plus durable.

Sur le site de Thalès « Comment l’identification numérique peut aider les citoyens à accéder aux services gouvernementaux de n’importe où »

Permettre aux citoyens de prouver qui ils sont : La capacité de prouver qui vous êtes est quelque chose que beaucoup d’entre nous tiennent pour acquis, mais sans identité, vous seriez surpris de la difficulté d’accéder aux services de base comme les soins de santé. Le fondement de la preuve de votre identité est la confiance et le portefeuille numérique de l’UE aidera les citoyens à prouver qui ils sont d’un simple clic.

Les organisations publiques et privées peuvent également être sûres que l’ID est authentique. Approche de la sécurité d’abord : L’un des principes clés du portefeuille numérique est son approche de la sécurité. Au cœur du portefeuille se trouvent des protocoles de cybersécurité qui protègent, entre autres, la souveraineté européenne de l’appareil. Les attentes des citoyens en matière de sécurité mobile sont élevées, c’est pourquoi le déploiement de portefeuilles mobiles régionaux devra adopter une approche de sécurité à plusieurs niveaux. Cela signifie que les pirates potentiels rencontreraient des mesures de sécurité différentes dans chaque partie du portefeuille. Garantir ce niveau de sécurité est une priorité pour les marchés qui souhaitent répondre aux craintes des consommateurs et garantir une forte adoption de l’identité numérique de l’UE.

Plusieurs documents au même endroit : le portefeuille numérique est pratique car il peut contenir plusieurs documents au même endroit, au lieu que les citoyens n’aient à transporter des portefeuilles remplis de cartes. Encore plus intéressant quand on pense que 90 % des utilisateurs ont un appareil mobile à portée de main à tout moment. Combiner paiement et identité : Cela devient vraiment excitant lorsque vous réalisez que le portefeuille peut héberger à la fois une identité numérisée et des informations de paiement. Cela pourrait permettre, par exemple, de verser une caution sur un nouvel appartement ou de régler une amende pour excès de vitesse en souffrance directement depuis son smartphone. Autoriser les signatures numériques : Les portefeuilles numériques peuvent gérer les signatures numériques, permettant de signer et d’accepter des contrats à la convenance de l’utilisateur (pour l’appartement, il est en train d’acheter par exemple). Construit avec la confidentialité des données à l’esprit : les gens se méfient de plus en plus de la façon dont leurs données sont utilisées. Les portefeuilles numériques peuvent aider à résoudre ces problèmes de plusieurs manières grâce à la sécurité et à la transparence de l’utilisation des données ; tout d’abord, les citoyens peuvent choisir les informations qu’ils montrent aux entreprises et aux organisations.

Besoin de prouver votre identité dans un bar ? Vous pouvez simplement afficher votre date de naissance sans avoir à partager votre adresse. Deuxièmement, l’identification numérique sera conforme aux principes de l’UE sur les données (RGPD) garantissant la minimisation des données, la protection des données et la gestion des droits à la vie privée. Identité transfrontalière : Enfin et surtout, l’identité numérique de l’UE permettra aux citoyens d’utiliser leurs documents dans toute la région. Chaque État membre sera responsable de fournir un portefeuille à ses propres citoyens, mais ceux-ci deviendront universellement acceptés où que les gens se trouvent à travers l’Union européenne. Cela devrait permettre aux citoyens d’accéder aux services gouvernementaux de n’importe quel État membre comme ils le font chez eux, en réduisant considérablement les coûts supplémentaires et la complexité. Afin d’atteindre l’objectif de l’UE de 80 % de ses citoyens utilisant des eID d’ici 2030, il est essentiel que les gouvernements abordent ces piliers et travaillent avec un fournisseur capable de répondre à ces exigences. S’ils le font, l’impact sur les personnes et la manière dont ils accèdent aux services a le potentiel d’être véritablement transformateur et inaugurera une période de numérisation accélérée pour les gouvernements à travers l’Europe.

https://dis-blog.thalesgroup.com/identity-biometric-solutions/2021/07/27/how-digital-id-can-help-citizens-access-government-services-from-anywhere/

Articles de presse

Copie d’un article paru sur le site de Radio Canada (source AFP), au cas où il disparaisse.

Innovations technologiques

Vers un dossier d’identité numérique européen

Publié le jeudi 3 juin 2021 à 11 h 30

Une femme tient un iPhone dans ses mains. Des bulles flottent au-dessus du téléphone, illustrant un profil, une pièce d'identité ainsi que des documents.

Carte d’identité, permis de conduire, diplômes, pourraient faire partie de ce dossier électronique. Photo : Radio-Canada Agence France-Presse

L’Union européenne (UE) travaille à la mise en place de dossiers sécurisés où seront stockés tous les documents d’identité importants de chacun de ses citoyens.

C’est en quelque sorte un dossier sécurisé où vous pouvez stocker votre carte d’identité, votre permis de conduire, vos diplômes et bien d’autres documents utiles pour des démarches en ligne, a expliqué la vice-présidente de la Commission européenne, Margrethe Vestager.

L’exécutif européen veut donner à tous les citoyens et à toutes les entreprises qui le souhaitent un accès à une identité numérique nationale qui sera reconnue à travers l’Union européenne pour faciliter et sécuriser l’accès à des services privés, comme la banque ou le commerce en ligne, ou s’acquitter de formalités administratives.

L’identité numérique européenne nous permettra de faire dans n’importe quel État membre ce que nous faisons chez nous, sans frais supplémentaires et avec moins d’obstacles. Que ce soit louer un appartement ou ouvrir un compte bancaire en dehors de notre pays d’origine. Et de le faire d’une manière sûre et transparente, a expliqué Mme Vestager lors d’une conférence de presse commune avec le commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton.

Plusieurs solutions numériques d’identification sont déjà proposées par des gouvernements et des entreprises privées. Mais seuls 14 États membres ont à ce jour notifié à Bruxelles un système national d’identification électronique.

Et seulement 14 % des fournisseurs de services publics essentiels dans l’UE permettent une authentification transfrontalière, a déploré Mme Vestager.

L’exécutif européen souhaite assurer un accès universel à ces solutions, garantir qu’elles soient utilisables très largement.

Ce portefeuille d’identité numérique européenne devra notamment être accepté par les grandes plateformes comme moyen d’identification des utilisateurs, si ces derniers le souhaitent. Il pourra être associé à divers documents officiels, selon le souhait de chacun.

Il a pour objectif de nous faciliter la vie. C’est une sorte de coffre-fort numérique, on met dedans ce qui est important et lié à notre identité, a expliqué Thierry Breton.

Par conséquent, il y a une dimension de confiance essentielle, a-t-il reconnu. La cybersécurité est au cœur de ce projet, a assuré le commissaire, promettant une sécurité bien plus élevée que tout ce qui se trouve sur le marché.

Une priorité de la Commission européenne

Il a également souligné que l’ambition était de redonner le contrôle de leurs données aux citoyens, estimant qu’il était temps d’offrir une alternative aux grandes plateformes numériques, dans une allusion aux géants Apple, Google ou Facebook.

L’identification sur les plateformes est devenue un passage obligé pour accéder à certains services, les plateformes en profitent pour récolter nos données et les monétiser, contre notre gré, a mis en garde Thierry Breton.

Le portefeuille numérique européen mettra l’utilisateur en capacité de déterminer quels éléments de son identité, quelles données ou certificats seront partagés avec des tiers, afin de limiter l’accès à ses informations personnelles au strict nécessaire.

Pour réussir la mise en place du nouveau système, qui s’appuiera sur des solutions nationales rendues interopérables, la Commission prévoit une modification de réglementation qui devra être approuvée par les Vingt-Sept et le Parlement européen.

Elle invite aussi les États membres à créer une boîte à outils commune d’ici à septembre 2022 et à commencer immédiatement les travaux préparatoires nécessaires. Cette boîte à outils devrait comprendre l’architecture technique, les normes et des lignes directrices s’appuyant sur les meilleures pratiques, a expliqué l’exécutif européen.

Bruxelles entend travailler avec les Vingt-Sept et le secteur privé sur les aspects techniques.

La transition numérique fait partie des grandes priorités de la Commission européenne. Elle s’est notamment fixé pour objectif d’ici à 2030 que tous les services publics de l’UE soient disponibles en ligne et que tous les citoyens aient accès à un dossier médical électronique.

À cette date, elle espère que 80 % d’entre eux utiliseront une solution d’identité électronique.

Source https://ici.radio-canada.ca/amp/1798437/union-europeenne-dossiers-identite-electroniques

numérique

1 thought on “Identité numérique

Leave a Comment